COLLECTER AUTREMENT

La collecte des poches à huîtres bat son plein

D’une durée de quatre mois, l’opération de collecte des poches ostréicoles organisée par les Recycleurs Bretons et le Comité Régional de la Conchyliculture Bretagne Sud aura permis de collecter entre 70 et 80 tonnes de déchets. Une réussite sur tous les plans.

C’est en septembre 2019, lors d’un salon, que les Recycleurs Bretons ont entamé une discussion avec le Comité Régional de la Conchyliculture (CRC) Bretagne Sud, situé à Auray. L’idée était alors de monter une opération visant à récupérer les poches à huîtres usagées entreposées au sein des établissements de production.

« Un an plus tard, nous avons travaillé sur les modalités concrètes du projet, afin d’organiser la collecte et le traitement de ces poches ostréicoles. L’opération a démarré en mars 2021. Fin juin, nous devrions avoir collecté entre 70 et 80 tonnes », détaille Nicolas Chinchole, Directeur de l’agence de Lorient des Recycleurs Bretons.

Les ostréiculteurs ont déposé dans une benne leurs vieilles poches (dont certaines dataient des années 1970), sur plusieurs points de collecte préalablement définis. Des collaborateurs des Recycleurs Bretons, présents sur place, ont pu accompagner les professionnels.

Une fois les poches collectées, elles ont été triées, mises en balles et envoyées dans des usines plasturgiques. Là, elles y ont été lavées (pour enlever les restes de limon), broyées à plusieurs reprises puis extrudées. Elles ont fini sous forme de billes depolyéthylène, afin d’être vendues sur le marché international du négoce de matières premières.

« Composées intégralement depolyéthylène, les poches à huîtres sont des candidates idéales pour le recyclage. Leur mono-matière est en effet très recherchée par l’industrie plasturgique », explique Nicolas Chinchole.

Le financement de cette opération a été assuré par 21 communes et quelques communautés de communes du Morbihan. « Nous sommes désormais sollicités par d’autres CRC : Bretagne Nord, Vendée-Atlantique et Charente-Maritime. Et nous réfléchissons à collecter d’autres matières liées à l’ostréiculture dans les années qui viennent », conclut Nicolas Chinchole.

 
 
 
 

COLLECTER AUTREMENT

La collecte des poches à huîtres bat son plein

D’une durée de quatre mois, l’opération de collecte des poches ostréicoles organisée par les Recycleurs Bretons et le Comité Régional de la Conchyliculture Bretagne Sud aura permis de collecter entre 70 et 80 tonnes de déchets. Une réussite sur tous les plans.

C’est en septembre 2019, lors d’un salon, que les Recycleurs Bretons ont entamé une discussion avec le Comité Régional de la Conchyliculture (CRC) Bretagne Sud, situé à Auray. L’idée était alors de monter une opération visant à récupérer les poches à huîtres usagées entreposées au sein des établissements de production.

« Un an plus tard, nous avons travaillé sur les modalités concrètes du projet, afin d’organiser la collecte et le traitement de ces poches ostréicoles. L’opération a démarré en mars 2021. Fin juin, nous devrions avoir collecté entre 70 et 80 tonnes », détaille Nicolas Chinchole, Directeur de l’agence de Lorient des Recycleurs Bretons.

Les ostréiculteurs ont déposé dans une benne leurs vieilles poches (dont certaines dataient des années 1970), sur plusieurs points de collecte préalablement définis. Des collaborateurs des Recycleurs Bretons, présents sur place, ont pu accompagner les professionnels.

Une fois les poches collectées, elles ont été triées, mises en balles et envoyées dans des usines plasturgiques. Là, elles y ont été lavées (pour enlever les restes de limon), broyées à plusieurs reprises puis extrudées. Elles ont fini sous forme de billes depolyéthylène, afin d’être vendues sur le marché international du négoce de matières premières.

« Composées intégralement depolyéthylène, les poches à huîtres sont des candidates idéales pour le recyclage. Leur mono-matière est en effet très recherchée par l’industrie plasturgique », explique Nicolas Chinchole.

Le financement de cette opération a été assuré par 21 communes et quelques communautés de communes du Morbihan. « Nous sommes désormais sollicités par d’autres CRC : Bretagne Nord, Vendée-Atlantique et Charente-Maritime. Et nous réfléchissons à collecter d’autres matières liées à l’ostréiculture dans les années qui viennent », conclut Nicolas Chinchole.