RECYCLER DURABLEMENT

Les circuits courts en tête de proue

Quand ils prennent en charge la déconstruction de bateaux, les Recycleurs Bretons mettent l’accent sur l’économie circulaire ainsi que sur les circuits courts. Une pratique vertueuse qui privilégie les acteurs locaux et la réduction des émissions de CO2.

Pour les navires à fort tonnage, les Recycleurs Bretons ont mis en place un circuit de déconstruction ultra-court comportant cinq étapes très complémentaires les unes des autres. Après une phase de découpe en forme de radoub, les pièces sont envoyées vers une unité fixe de traitement, appelée aussi Salle Blanche, pour être débarrassée de sa peinture amiantée. Cette salle est située à quelques centaines de mètres du site de déconstruction. Cela évite l’enfouissement de pièces de ferraille dans des sites dédiés. Elles sont ensuite découpées à dimension afin d’être transférées ensuite par voie maritime vers des fonderies.

« À Brest, nous privilégions les fournisseurs locaux pour nous accompagner. Pour le chantier des sous-marins de la Marine nationale, par exemple, nous en avons sollicité plus de 70. Les navires sont déconstruits dans la forme de radoub n°1 et une fois coupés à dimension sur notre site du port de commerce, les morceaux sont acheminés par voie maritime vers les fonderies françaises ou européennes. Les déchets non dangereux de nos chantiers de déconstruction sont transportés en interne pour être valorisés dans notre Centre de Tri Haute Performance, à Guipavas. Tout se fait dans un mouchoir de poche ", déclare Didier Bergot, Chef de projet déconstruction au sein de NAVALEO.

 

 

 
 
 
 
 

RECYCLER DURABLEMENT

Les circuits courts en tête de proue

Quand ils prennent en charge la déconstruction de bateaux, les Recycleurs Bretons mettent l’accent sur l’économie circulaire ainsi que sur les circuits courts. Une pratique vertueuse qui privilégie les acteurs locaux et la réduction des émissions de CO2.

Pour les navires à fort tonnage, les Recycleurs Bretons ont mis en place un circuit de déconstruction ultra-court comportant cinq étapes très complémentaires les unes des autres. Après une phase de découpe en forme de radoub, les pièces sont envoyées vers une unité fixe de traitement, appelée aussi Salle Blanche, pour être débarrassée de sa peinture amiantée. Cette salle est située à quelques centaines de mètres du site de déconstruction. Cela évite l’enfouissement de pièces de ferraille dans des sites dédiés. Elles sont ensuite découpées à dimension afin d’être transférées ensuite par voie maritime vers des fonderies.

« À Brest, nous privilégions les fournisseurs locaux pour nous accompagner. Pour le chantier des sous-marins de la Marine nationale, par exemple, nous en avons sollicité plus de 70. Les navires sont déconstruits dans la forme de radoub n°1 et une fois coupés à dimension sur notre site du port de commerce, les morceaux sont acheminés par voie maritime vers les fonderies françaises ou européennes. Les déchets non dangereux de nos chantiers de déconstruction sont transportés en interne pour être valorisés dans notre Centre de Tri Haute Performance, à Guipavas. Tout se fait dans un mouchoir de poche ", déclare Didier Bergot, Chef de projet déconstruction au sein de NAVALEO.