VALORISER LE TERRITOIRE

Quand le Hêtre et l’Averse disparaissent, l’anse de Rostellec revit

Quand deux bateaux polluent visuellement une anse très fréquentée, et qu’ils présentent des risques pour l’environnement, il faut intervenir. C’est ce qui a été fait fin 2019 pour le Hêtre et l’Averse. La décision a été prise par l’État, via la DDTM 29.

Navaleo a opéré la déconstruction de deux navires échoués depuis 50 ans dans l’anse de Rostellec (presqu'île de Crozon). Le Hêtre était un ancien remorqueur de 15 mètres et l’Averse un ancien navire-citerne à vapeur utilisé pour ravitailler en eau potable les bâtiments militaires situés en rade de Brest. Il mesurait 35 mètres.

C’est l’État qui a pris la décision, via la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) du Finistère, d’engager ce chantier, tous les recours contre l’ancien propriétaire ayant échoué.

Une des difficultés du chantier tenait au fait que les navires étaient soumis aux courants et marées. « Nous ne pouvions pas travailler en permanence, il a fallu adapter notre façon de procéder au contexte. Nous découpions les navires à marée basse et le transport des morceaux se faisaient à marée haute, grâce à une barge qui repartait vers Brest », déclare Olivier Lebosquain, Directeur de Navaleo, l’activité de déconstruction navale des Recycleurs Bretons.

La protection de l’environnement a, elle aussi, été au cœur du projet. « Il y avait encore, entre autres matériaux, du charbon dans les bateaux. Nous avons donc installé un barrage anti-pollution autour des deux navires, afin de ne prendre aucun risque », conclut Olivier Lebosquain.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

VALORISER LE TERRITOIRE

Quand le Hêtre et l’Averse disparaissent, l’anse de Rostellec revit

Quand deux bateaux polluent visuellement une anse très fréquentée, et qu’ils présentent des risques pour l’environnement, il faut intervenir. C’est ce qui a été fait fin 2019 pour le Hêtre et l’Averse. La décision a été prise par l’État, via la DDTM 29.

Navaleo a opéré la déconstruction de deux navires échoués depuis 50 ans dans l’anse de Rostellec (presqu'île de Crozon). Le Hêtre était un ancien remorqueur de 15 mètres et l’Averse un ancien navire-citerne à vapeur utilisé pour ravitailler en eau potable les bâtiments militaires situés en rade de Brest. Il mesurait 35 mètres.

C’est l’État qui a pris la décision, via la DDTM (Direction départementale des territoires et de la mer) du Finistère, d’engager ce chantier, tous les recours contre l’ancien propriétaire ayant échoué.

Une des difficultés du chantier tenait au fait que les navires étaient soumis aux courants et marées. « Nous ne pouvions pas travailler en permanence, il a fallu adapter notre façon de procéder au contexte. Nous découpions les navires à marée basse et le transport des morceaux se faisaient à marée haute, grâce à une barge qui repartait vers Brest », déclare Olivier Lebosquain, Directeur de Navaleo, l’activité de déconstruction navale des Recycleurs Bretons.

La protection de l’environnement a, elle aussi, été au cœur du projet. « Il y avait encore, entre autres matériaux, du charbon dans les bateaux. Nous avons donc installé un barrage anti-pollution autour des deux navires, afin de ne prendre aucun risque », conclut Olivier Lebosquain.